Sous-Titre 1: 
Morane Saulnier MS 181 F-AIYH : 1er prix du Grand Prix du Patrimoine – Coupe Gifas 2016

En 1927, Morane Saulnier décide de réaliser un avion léger permettant de démocratiser la pratique du « vol acrobatique », selon le vocabulaire de l’époque. Le prototype baptisé MS 180, immatriculé F-AIYH, effectue son premier vol au début de 1928, piloté par Robert Morane, mais l’avion se révèle lourd, peu fin et pas assez puissant pour assurer la mission pour laquelle il avait été prévu. Néanmoins, la formule paraît suffisamment innovante pour que le NACA (National Advisory Committee for Aeronautics), aujourd’hui NASA (National Aeronautics and Space Administration) s’y intéresse et édite en mars 1929 un rapport sur cet avion : le « aircraft circular N° 93 ». Sur les recommandations de Michel Détroyat , nouvellement engagé comme pilote d’essai, la firme Morane-Saulnier effectue quelques modifications mineures mais qui se révèlent décisives pour sa mise au point :

  • Le moteur Salmson 9Ad de 40 ch est remplacé par un Salmson 5AC de 60 ch, soit une augmentation de 50% de la puissance.
  • Le réservoir largable situé en bas du fuselage laisse place à un réservoir fixe situé dans la partie haute du fuselage, devant le tableau de bord ce qui diminue sensiblement la traînée. On peut y voir aussi une conséquence des essais en souffleries (Eiffel, Meudon, Saint-Cyr)
  • Les amortisseurs à sandows sont remplacés par une toute nouvelle technologie à l’époque : les amortisseurs oléo-pneumatiques développés par la société Messier.

L’avion modifié prend la désignation MS181. Plus fin, plus puissant et plus léger, cette avionnette se révèle une excellente machine de voltige, à tel point que le prototype est conservé à l’usine pour Michel Détroyat jusqu’en 1938. Le « Grand », tel était son surnom, l’appelait son « Violon d’Ingres ». Il se plaisait à voler sur le MS181 entre deux essais de machines modernes lourdes et rapides.

Douze exemplaires de cet appareil sont produits et utilisés pour la formation des pilotes par la Compagnie Française d’Aviation qui en revend 4 au gouvernement républicain espagnol en 1937. Un exemplaire est d’ailleurs exposé en statique au Muséo del Aire de Madrid.

Après la guerre, en raison du manque de pièces pour le moteur Salmson, il est équipé d’un moteur Franklin et immatriculé F-PKFX. Il est racheté par Jean Salis dans les années 70 puis vendu à un collectionneur américain de Miami avec le moteur Salmson 5AC d’origine. Le nouveau propriétaire en fait don à L’EAA Muséum d’Oshkosh qui finalement le cède, en 2004, à Frédérick Collinot (fondateur en 2006 du Cercle des Machines Volantes), à la suite d’une série d’échanges.

Seul ce prototype F-AIYH reste aujourd’hui en état de vol, conservé au sein de l’association « Le Cercle des Machines Volantes ». Il est sans doute le plus vieil avion français en état de vol ayant conservé toutes ses pièces d’origine.

Caractéristiques techniques

  • Équipage : 1                                                                      Moteur Salmson 9Ad, moteur original du MS180
  • Longueur (m ) : 6,04
  • Envergure (m) : 9
  • Hauteur (m) : 2,29
  • Surface alaire (m2) : 13,20
  • Moteur Salmson : 5 AC
  • Puissance et régime moteur : 60 ch à 1740 tr/min
  • Masse à vide (kg) : 379
  • Masse maximale (kg) : 510
  • Masse pilote + instruments (kg) : 88
  • Capacité carburant (litres) : 52
  • Capacité huile (Litres) : 6
  • Masse huile + carburant (kg) : 43
  • Facteur de charge sûr (g) : 12
  • Vitesse maximale (km/h) : 133
  • Montée à 500 m (min) : 6’30
  • Montée à 1000 m (min) : 12’30
  • Montée à 2000 m (min) : 24’00
  • Distance de décollage (m) : 175
  • Distance d’atterrissage : 150

Retrouver l’article complet sur l’histoire de la restauration du MS 181 dans l’Aérofrance n°133 et sur le site de l’association :http://www.cercledesmachinesvolantes.com/

Image: