Avion du Mois – Aéro-Club de France

Aéro-Club de France > Actualités > Avion du Mois

Juillet – Août 2010

Canard d’Henri Fabre

Le premier Hydravion

Henri Fabre se consacra pendant quatre années à la conception, aux essais et à la réalisation d’un aéroplane muni de trois flotteurs. L’appareil construit, de type

 » canard « , avait une envergure de 14 m, une longueur de 8,5 m, un poids de 380 kg. Il était équipé d’un moteur Gnome Omega de 50 ch qui entraînait une hélice de 2,60 m.

Le 28 mars 1910, en France, près de Martigues (Bouches-du-Rhône), au bord de l’étang de Berre, face au village de la Mède, Henri Fabre fit décoller son hydravion devant un public nombreux dans lequel se trouvait l’aviateur Louis Paulhan. L’appareil parcourut 800 mètres au-dessus de l’étang et se posa sur l’eau : c’était le premier hydravion au monde à avoir décollé, réussi son vol et son amerrissage. Le succès de ce premier vol mondial fut officiellement constaté par un huissier de Martigues, Me Honoré Raphel : ce jour-là, Henri Fabre, alors âgé de 27 ans, devenait l’incontestable inventeur, constructeur et premier pilote de ce nouvel engin volant, l’hydravion.

Pour en savoir plus : www.fabre2010.fr

Juin 2010

R22

Tel un « bouchon de champagne »

D’une fiabilité remarquable, l’hélicoptère R22 est devenu le biplace le plus populaire au monde depuis plus de 20 ans. Il détient des records mondiaux dans sa catégorie de poids, incluant la vitesse et la distance.

Avec son aérodynamisme soigné, il peut croiser à près de 110 miles à l’heure en consommant peu. Faible coût d’opération, prix abordable et caractéristiques décrites ci-dessus, font du R22 un classique dans l’excellence.

Le R22 est souvent utilisé pour les missions d’entraînement, la surveillance de la circulation routière, la patrouille de lignes à haute tension et toute autre application qui nécessite de la performance, de la fiabilité, de l’efficacité et un entretient aisé.

Pour en savoir plus : www.helieurope.com
Télécharger en fond d’écran : www.helicopassion.com

Mai 2010

Simba

Une discrétion hors pair

L’APM-40 Simba, dernier-né du constructeur Issoire Aviation, a ouvert chaque jour le bal des présentations en vol du Salon du Bourget 2009.

L’avion, silencieux, se caractérise par une discrétion hors pair. Léger, il est entièrement fabriqué en matériaux composites, et possède 4 confortables places.

Issoire Aviation, dont les avions ont tous un nom félin (Lion (APM 20 – biplace), Lionceau (APM 30 – triplace), Simba), a pour habitude d’emmener la mascotte de chaque avion lors des présentations en vol : il s’agit toujours d’une peluche représentative.

Pour en savoir plus : www.apm.aero
Télécharger en fond d’écran : www.futura-sciences.com

Avril 2010

P-51 Mustang

« Warbird » au ventre caractéristique

Considéré comme l’un des meilleurs chasseurs de la Seconde Guerre Mondiale, le North American P-51 Mustang est en réalité un avion qui a été conçu à la « va-vite ». Son histoire commence en 1940 lorsque les Anglais commencent à avoir du mal à rivaliser avec la Luftwaffe plus déterminée que jamais à envahir l’île anglaise. Ayant besoin d’un appareil capable de rivaliser avec les chasseurs allemands dans les mois qui suivent, les Anglais donnent aux Etats-Unis, à peine 120 jours pour réaliser l’avion, le constructeur North American décide de relever le défi.

L’appareil pris l’air le 26 octobre 1940 après avoir rencontré des problèmes à la mise au point du moteur Allison de 1100 ch. Appelé à ses débuts NA-73, le Mustang, après avoir subi le programme d’évaluation qu’il réussit avec succès , fut commandé en 320 exemplaires qui furent livrés en Grande-Bretagne en Novembre 1941.

Pour en savoir plus : www.wikipedia.org
Télécharger en fond d’écran : www.mustangsmustangs.com

Mars 2010

Latécoère 521

Lieutenant de Vaisseau Paris

Le 28 mars 1910, Henri Fabre réalise le premier vol autonome sur hydravion. 100 ans après, rendons hommage à ces bateaux volants, avec le célèbre Latécoère 521.

Le Latécoère 521, plus connu sous le nom de Lieutenant de Vaisseau Paris, fut le premier jumbo transatlantique. Avion civil, il effectua en 1939 (avec Henri Guillaumet aux commandes), la liaison directe New-York-Biscarosse. Soit 5875 kilomètres à une moyenne de 206 km/h, dont près de 2300 avec un moteur arrêté.

Véritable paquebot volant, le Latécoère 521 pouvait transporter 72 passagers dans un grand confort.

Quand la guerre éclate, le Latécoère 521, rattaché à l’escadrille E.6, fut utilisé dans des patrouilles au-dessus de l’Atlantique Nord. Basé à Port-Lyautey, au Maroc, en juin 1940, il regagne Berre, où il sera bombardé en août 1944.

C’est sur la base du Latécoère 521 que sont construit l’unique Latécoère 522 « Ville de Saint Pierre » avion de ligne civil, et trois Latécoères 523 navalisés.

Pour en savoir plus : www.jn.passieux.free.fr