L'avion du mois

Mars 2013

Douglas DC3
Un avion de légende

 

 

 

 

Développé dès 1934, il fait pénétrer dans le transport aérien les notions de sécurité, de rentabilité, de confort et de robustesse. Il emmène 21 passagers, à plus de 300 km/h tirés par ses moteurs Wright cyclone ou Pratt & Whitney. Lorsque éclate la seconde guerre mondiale, les DC-2 et DC-3 sont utilisés comme transports de troupes et de matériel sous le nom de C-47 et Dakota . Après la guerre, le DC-3 n’est plus fabriqué. Cependant la majorité des compagnies aériennes reprendront des C-47 de surplus militaire pour redémarrer leur activité, à l’image de Sabena, Air France et KLM. Ils seront utilisés en Europe jusque dans les années soixante-dix dans l’ Aéropostale. Le nombre total des DC-3 produits dépasse les 13 000 exemplaires. C’est la plus grosse production mondiale dans le domaine des appareils de transport. Aujourd’hui, des DC-3 sont encore en service en Afrique, en Amérique du Sud, et à la Dominique. De nombreux DC-3 de collection volent de par le monde perpétuant le souvenir d’un avion qui, plus qu’aucun autre, a traversé l’histoire.

 

 

 

 

Pour en savoir plus : www.aerospacehistory.com

Février 2013

Caravelle
L’aéronautique française d’après guerre

 

 

 

En 1951, la France décide de mettre au point son premier avion de transport à réaction. Ce sera le SE 210 Caravelle dont le prototype effectue son premier vol le 27 mai 1955. En février 1956, Air France commande ses 12 premiers appareils suivi par Air inter ; d’autres commandes en provenance de Scandinavie et d’Amérique du Sud suivent. Jusqu’à l’arrêt de la production en 1973, 292 appareils, toutes variantes confondues, sortent des chaînes de montage de Toulouse. Particulièrement innovant, la Caravelle est le premier avion de ligne à avoir les réacteurs placés à l’arrière et le premier à être suffisamment automatisé pour pouvoir décoller et atterrir de façon entièrement automatique. Avion particulièrement fin et silencieux, il a notamment réalisé un vol plané Dijon-Paris…

 

 

 

 

 

Pour en savoir plus : www.wikipedia.fr

Janvier 2013

Morane Salunier type H
L’avion de la 1ère traversée de la Méditerranée par Roland Garros le 23 septembre 1913

 

 

 

 

Le Morane type H fait partie d’une famille d’appareils monoplans dessinés par Saulnier et apparaissant en 1912. Sa faible masse associée à un moteur puissant lui confère une grande popularité parmi les pilotes qui l’utilisent pour accomplir de grandes performances. Ainsi en 1913, aux commandes de ce modèle d’appareil Brindejonc des Moulinais effectue un voyage de 5 000 km à travers l’Europe, sans aucun incident, et Roland Garros traverse la Méditerranée le 23 septembre 1913. Aujourd’hui encore on peut en voir voler un exemplaire, restauré par l’Amicale Jean-Baptiste Salis, lors du Meeting de la Ferté Allais.

 

 

 

 

 

Pour en savoir plus : www.ajbs.fr

Décembre 2012

Mystère IV
Premier avion français conçu pour atteindre Mach 1

 

 

 

 

Le 9 octobre 1951, la société Dassault obtient un marché (N° 2332/51) pour la réalisation et la fourniture d’un avion MD 452 Mystère IV-01 Tay dérivé du Mystère II pouvant atteindre Mach 1 en piqué mais non représentatif d’un avion d’arme. Une nouvelle voilure est dessinée par rapport à celle du Mystère II, elle est dotée d’un profil biconvexe et d’une plus forte flèche (40° au bord d’attaque au lieu de 32°). Après des essais particulièrement concluants de trois prototypes et six avions de présérie, les premiers exemplaires de série sont réceptionnés par la 12e Escadre de Cambrai à partir du 4 avril 1955 à Mont-de-Marsan avant de rejoindre Cambrai le 25 mai suivant. Utilisé par l’Armée de l’Air Française mais aussi par l’Inde et Israël, la production totale du Mystère IVA atteindra le chiffre de 411 appareils de série. ( nota: le premier de série (N°1) n’a jamais rejoint l’armée de l’Air)

 

 

 

 

 

Pour en savoir plus : www.wikipedia.org

Novembre 2012

nEUROn
Démonstrateur de drone de combat furtif européen

 

 

 

 

Le programme nEUROn a été lancé par le ministre français de la Défense au cours du salon du Bourget 2003. nEUROn est un démonstrateur technologique : il ne répond à aucun besoin opérationnel militaire mais qu’il permettra l’application, l’intégration et la validation de technologies déjà existantes ou restant à développer pour des vecteurs aériens de combat sans pilote. Son objectif n’est pas d’effectuer des missions militaires, mais de démontrer la maturité et l’efficacité de solutions techniques. Il vise à prospecter une alternative à l’utilisation unique de l’avion de combat piloté à l’horizon 2025.

 

 

Pour en savoir plus : www.wikipedia.org

Octobre 2012

Alphajet
Avion de la Patrouille de France

 

 

 

 

 

 

 

L’Alphajet est un avion de construction franco-allemande (Avions Marcel Dassault Breguet Aviation-Dormier). Plusieurs versions sont en service dans une dizaine de pays. Ce petit biréacteur performant qui décolle en 700 m et atteint Mach 0,86 à 15 000 m, est très représentatif des avions de combat en service dans de nombreuses forces aériennes. Disposant d’excellentes qualités de vol, maniable, sûr, il est service à Tours et à Cazaux.
Les élèves pilotes reçoivent leur brevet à l’école de l’aviation de Chasse basée à Tours, puis suivent un stage de transformation opérationnelle à Cazaux. C’est là qu’ils s’initient véritablement à leur futur métier de pilote de chasse lors de missions d’entraînement au tir, à la voltige, au combat aérien, avant de rejoindre les unités équipées d’avions de combat.
La sûreté et les performances de l’Alphajet ont assuré avec succès, depuis 1981, le remplacement des Fouga-Magister de la Patrouille de France.

 

 

 

 

 

 

Pour en savoir plus : www.wikipedia.org

Septembre 2012

EC135
Agile et réactif

 

 

 

 

 

Hélicoptère bimoteur léger et polyvalent, l’EC135 est construit par Eurocopter. Avec l’Ecureuil et l’EC145, il est l’hélicoptère qui équipe les forces de la gendarmerie nationale. L’EC135 est une version avantagée du prototype BO105 de MBB. Ce dernier servait de démonstrateur de nouvelles technologies. Equipé de commandes de vol électriques et d’un rotor principal sans articulations, il était plus silencieux, plus agile et les matériaux subissaient moins de vibrations. Lors de la création d’Eurocopter (1992), MBB apporte le BO108 : la partie française du groupe ajoute un rotor anti-couple de type fenestron, qui réduit encore le bruit de l’appareil et apporte plus de sécurité au sol.
L’EC135 vole pour la première fois près de Munich le 15 février 1994. La production en série se fait en Allemagne et le modèle de base se décline en plusieurs versions (civiles et militaires).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour en savoir plus : www.eurocopter.com

Juillet-Août 2012

Super Constellation
« Connie » mythique

 

 

 

Le plus remarquable, le plus fin et sans aucun doute le plus beau des avions de ligne à hélices fut le Lockheed Constellation, qui servit dans la plupart des grandes compagnies aériennes du monde. Le projet du Constellation naquit en juin 1939, lorsque la compagnie TWA, consultant le bureau d’études de LOCKHEED, soumit l’idée de développer un grand quadrimoteur de transport commercial destiné à servir sur les lignes transcontinentales américaines. Comme l’aviation militaire américaine faisait alors feu de tout bois, l’appareil fut réquisitionné afin d’assurer des missions de transport de troupes.

Dès que les hostilités s’achevèrent, les 15 Constellation en service dans l’US Army Air Force revinrent à des activités beaucoup plus pacifiques. La compagnie Lockheed, investit alors des sommes très élevées pour produire l’avion en série.

En décembre 1945, le premier Constellation livré à TWA accomplit un vol exploratoire de Washington à Paris. On créa ensuite le L.1049 Super-Constellation, dont les principales caractéristiques résidaient dans des dimensions supérieures, des réservoirs de carburant supplémentaires installés aux extrémités des ailes et, surtout, des moteurs faisant appel à la technologie nouvelle du turbocompound et une capacité de 89 passagers pour la version la plus évoluée. L’avionneur américain s’employa à accroître la distance franchissable de son quadrimoteur, dont, en 1956, il extrapola le Starliner. Cette fois, le succès se trouvait à portée de main, puisque cette magnifique machine volante était capable de franchir l’immense fossé séparant le Nouveau Monde de l’Ancien sans aucune difficulté.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour en savoir plus : www.wikipedia.org

Juin 2012

Fouga Magister
L’avion « siffleur » de la PAF

 

 

 

 

 

 

La construction du Fouga Magister débute en 1952 et le premier prototype prend son envol le 23 juillet. Cet avion d’entraînement est réalisé pour être le plus proche possible des appareils opérationnels. Le premier avion de série décolle le 20 février 1956 et la base de Salon de Provence reçoit son premier appareil le 28 mai.
Grace à ses nombreuses fonctionnalités, cet « objet siffleur » qu’est le Fouga Magister, aura plusieurs carrières : une version navale appelé « Zéphyr » dès 1956 ; il remplacera aussi les anciens Mystère IV au sein de la Patrouille de France à partir de 1964.
Les contraintes extrêmes que subissaient les Fouga Magister entraînèrent quelques soucis, ce qui n’empêcha en rien sa carrière internationale.

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour en savoir plus : www.wikipedia.org

Mai 2012

Stampe
Bijou gracieux et multirôles

 

 

 

 

 

 

En 1937, Elsa Leysen, une ancienne élève de l’école de pilotage de Jean Stampe, reprend contact avec ce dernier et lui demande un appareil de voltige léger, qui soit supérieur au Tiger Moth et au Bücker Jungmann.
Le Stampe (SV4) participe à de nombreux meetings et son dessin est retravaillé jusqu’à l’obtention d’ailes symétriques à flèche positive. 600 exemplaires sont commandés mais, en cette période de guerre, seuls 20 seront construits. Au lendemain des hostilités ; l’Armée de l’Air choisit le Stampe SV4 pour relancer son école de pilotage. Le ministère de l’air commande alors 700 exemplaires : la saga du Stampe en France vient de commencer ! 
Avion-école, avion de voltige, entraînement des personnels d’état, que ce soit au sein de l’Armée ou de la Marine, dans les aéroclubs ou pour le CEV, le Stampe a connu une carrière riche et continue de faire le plaisir des pilotes et des yeux du public qui l’admire…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour en savoir plus : www.wikipedia.org

Avril 2012

Globe Swift
Des airs de P-51

 

 

 

Le Globe Swift, connu aussi sous le nomde Globe/Temco Swift, est un monomoteur biplace léger, datant de l’époque de la Seconde Guerre Mondiale.
Dessinés par R.S. « Pop » Johnson en 1940, les plans sont sécurisés par John Kennedy, président de la Globe Medecine Company et l’avion commence à être construit au sein de la nouvelle Globe Aircraft Company. Cette construction est freinée par la Seconde Guerre Mondiale.
Le 7 mai 1946, 2 prototypes reçoivent la certification, avec un moteur de 85 hp qui sera poussé à 125 hp un peu plus tard dans l’année. Mais la société ne vend pas assez d’avions par rapport au nombre construits et dépose le bilan. C’est Temco qui reprend la production du Globe Swift en 1947. Un peu plus de 260 exemplaires sortiront des usines, puis la production stagne vers 1951.
Avec son profil proche de celui du P-51 Mustang (un célèbre wardbird), les propriétaires n’hésitent pas à augmenter la puissance de son moteur : on découvre ainsi de puissantes machines de 145 à 210 hp.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour en savoir plus : www.wikipedia.org

Mars 2012

Mercure 100 
Pionnier de l’équipage féminin

 

 

 

 

Le Mercure (nom complet : Dassault Mercure 100), fabriqué par Dassault entre 1973 et 1980, est le premier grand programme de coopération aéronautique civile – avec la participation d’usines en France, Belgique, Suisse, Italie, Espagne et au Canada – qui préfigure les grandes opérations de coopération comme celles d’Airbus.
L’avion est présenté au Salon du Bourget, 4 jours seulement après son premier vol. La compagnie aérienne Air Inter en commande 10. Le programme de cet appareil court-moyen courrier, ne démarre pas. Plusieurs facteurs : choc pétrolier, dévaluations du dollar, préférence des compagnies pour des avions plus polyvalents, etc. stopperont la chaîne de montage. Seuls 10 appareils seront fabriqués. Air Inter, satisfaite de l’exploitation de l’appareil, commandera 1 version « améliorée » appelée Mercure 02, amenant sa flotte à 11 aéronefs.
Le Mercure 100 fut le premier avion entièrement géré par une équipe féminine, lors d’un vol Paris-Lyon en 1985.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour en savoir plus : www.dassault-aviation.com

Février 2012

Piper-Cub 
« Sauterelle » et avion de collection

 

 

 

 

 

Le Piper Cub – ou Piper J-3 – dont la conception remonte aux années 1930, est un avion léger construit à plus de 40 000 exemplaires. C’est la Taylor’s Brother’s Airplane Company qui s’inspire du Taulor E2 Tigger Kitten, et sort le premier Piper J-3 en 1937, équipé d’un moteur de 50cv. Souvent comparé à la Ford T, qui lança l’automobile, le Piper J-3 propulsa l’aviation. Ses couleurs sont restées les mêmes : jaune avec une fine bande noire en forme de flèche brisée le long du fuselage.
Pendant la Seconde Guerre Mondiale, il sera utilisé comme avion d’entrainement sous la dénomination « Piper L-4 », avec une cabine plus largement vitrée. Ces L-4 seront surnommés « Grasshoppers » (sauterelles) pour leur tendance à rebondir à l’atterrissage.
Après-guerre, le Piper Cub fera la joie des aéroclubs européens et deviendra l’un des avions légers les plus populaires. Des versions biplaces, triplaces et quadriplaces seront lancées et de nombreuses armées s’équiperont de cet avion pour former leurs pilotes. Très recherché pour sa qualité de vol et son faible coût d’exploitation, le Piper-Cub constitue un excellent avion pour l’apprentissage du train classique et permet de découvrir peu à peu le monde des aéronefs de collection.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour en savoir plus : www.bungymania.com

Janvier 2012

Nord 2501 
ou Noratlas

 

 

 

 

 

Le Nord 2501, communément appelé Noratlas, était un avion de transport militaire bimoteur à ailes hautes, réalisé par Nord-Aviation à la fin des années 1940. Utilisés par une dizaine de pays jusqu’à la fin des années 1980, il fut construit à plus de 400 exemplaires.
L’Armée de l’Air française recevra au total 208 exemplaires. Le dernier avion en état de vol en France est basé à Marignane et est classé monument historique.
Le Noratlas arriva trop tard dans l’armée française pour participer à la guerre d’Indochine. Il fut donc engagé dans la guerre d’Algérie, la crise du canal de Suez, la crise de Bizerte et lors de diverses opérations humanitaires en Afrique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour en savoir plus : www.commando-air.fr

Décembre 2011

DHC-2 Beaver 
Hydravion de légende

 

 

 

 

 

 

C’est après guerre au Canada, en 1947, que la société de Havilland Aircraft présente le DHC-2 Beaver. 1600 exemplaires de cet hydravion de légende, fiable et performant, seront construits sur 20 ans. Surnommé le « cheval de bataille » du nord, cet avion de brousse est adapté aux rudes conditions climatiques du nord canadien et de l’Alaska. Il peut être équipé soit de roues, soit de flotteurs, soir de skis. Il est capable de décoller et atterrir sur de très courtes distances, aussi bien sur des plans d’eau que sur des pistes sommairement aménagées.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour en savoir plus : www.wikipedia.org
DHC-2 Beaver en fond d’écran : www.dhc-2.com

Novembre 2011

Mirage III
Chasseur supersonique

 

 

 

Le Mirage III est un avion multirôle conçu par le constructeur aéronautique français Dassault Aviation à la fin des années 1950. Il fut le premier avion de combat de conception européenne capable de dépasser la vitesse de Mach 2 en vol horizontal.Le Mirage III a rencontré un franc succès auprès de 21 pays et avec 1401 exemplaires construits (prenant en compte les versions désignées Mirage V) et fut décliné sous de nombreuses variantes. Des pays comme la Suisses, l’Australie et la Belgique l’ont construit sous licence. Israël réalisa des avions basés sur le Mirage III : Nesher et Kfir. Les premiers exemplaires furent livrés au début des années 1960 et nombreux sont ceux qui étaient encore en service au début du 21e siècle, soit 40 ans plus tard. Ces avions ont été largement modernisés au fil des années.

Pour en savoir plus : www.dassault-aviation.com
ATR en fond d’écran : www.hebus.com

Octobre 2011

Djinn
Hélico de la guerre d’Algérie



Avant qu’une version biplace ne soit développée et construite en série, le Djinn effectua son premier vol en version monoplace le 2 janvier 1953. Très différent des hélicoptères classiques, cet appareil possède un rotor principal qui n’est pas entraîné par la force mécanique d’une turbine, mais par la réaction produite par l’air comprimé et expulsé en bout de pales. Le Djinn fut le seul hélicoptère à réaction au monde à avoir été construit en série. Il fut utilisé par l’Armée de Terre française et la Bundeswehr allemande en tant qu’hélicoptère d’observation et de liaison. Puis pour des missions d’évacuation sanitaire, équipé alors, de 2 plateaux pouvant accueillir des blessés. Il a aussi servi dans les domaines agricole (pour l’épandage) et de loisirs (dans les aéroclubs). Il reste en France une demi-douzaine de Djinn en état de vol..

Pour en savoir plus : fr.wikipedia.org/wiki/SNCASO_SO.1221_Djinn

Septembre 2011

Morane-Saulnier AI
Un des premiers avions de chasse

 

 

 

 

 

Le Morane Saulnier AI est un avion monoplace de chasse français construit en 1917 qui fit un bref passage sur le front. Cependant, il eu une belle carrière d’après guerre notamment grâce à sa grande manœuvrabilité et à ses performances en acrobatie aérienne. Alfred Fronval établit un premier record du monde en 1917 à son bord : 600 boucles en 2h45, en 1928, il améliore son record : 1111 boucles en 4h58.

Pour en savoir plus : http://memorial.flight.free.fr/MoraneAI.html

Juillet-Août 2011

ATR 72-600
L’avion économe

Le 31 mai 2011, l’ATR 72-600 reçoit la certification de l’EASA : c’est la première démarche de ce turbopropulseur vers son entrée sur le marché.

La grande nouveauté vient de l’association avec Thalès pour créer un nouveau  » glass cockpit  » comprenant 5 écrans LCD, 1 ordinateur MPC, de nouveaux systèmes de communication, de navigation et de surveillance et un FMS (système de gestion du vol).
Les essais en vol ont débuté en 2009 et se sont majoritairement déroulés à Toulouse. L’appareil a aussi testé le pilote automatique notamment par vent fort à Tarbes et Agen et l’atterrissage dans des conditions anormales à Lugano.
La mise à l’épreuve du système de gestion de la navigation a eu lieu sur un aéroport très fréquenté : Paris CDG.

Pour en savoir plus : www.atraircraft.com
ATR en fond d’écran : www.airliners.net

Juin 2011

Solar Impulse
L’avion solaire, au Salon du Bourget 2011


La démarche de Solar Impulse est à la fois scientifique, par toutes les recherches qu’elle implique, et écologique, par sa volonté d’inciter chacun à réduire sa consommation d’énergie.

Le Solar Impulse n’est pas le premier avion solaire mais, à ce jour, aucun de ses prédécesseurs avec un pilote à bord n’a réussi à passer une nuit en vol. Par ailleurs, en l’absence de pilote automatique, la conduite de l’appareil nécessite un grande vigilance du pilote, le prototype ne pouvant effectuer un virage avec une inclinaison supérieure à 5°, du fait de sa très grande envergure et de sa faible vitesse. Si tel était le cas, la voilure décrocherait et la situation serait irrécupérable5. Tout ceci, bien qu’un automate de pilotage automatique ou à distance pèserait certainement moins lourd que le pilote et ne se fatiguerait pas, il suffirait de se relayer au sol derrière les commandes tout comme pour le suivit des sondes spatialesou encore les drones militaires ou civil!

Permettre à un engin de décoller et de rester en vol de manière autonome, de jour comme de de nuit, entièrement propulsé par l’énergie solaire, sans carburant ni pollution, n’est possible que si les technologies actuelles sont poussées à leurs limites absolues.

Le prototype du premier avion, HB-SIA, pèse 1 600 kg pour une envergure de 64 mètres.

Pour en savoir plus : www.solarimpulse.com
L’avion au Salon du Bourget 2011 : http://prod-bourget.integra.fr/pdf/solar-impulse-fr.pdf

Mai 2011

Pou-du-ciel
La mobylette de l’air !

Henri Mignet, père du Pou-du-ciel, décide en 1919 de réaliser un appareil « facile à construire par quiconque, facile à piloter et 4 fois moins cher » : il crée le concept de « l’Aviation pour tous », en opposition à la « grande aviation ». Il invente 6 prototypes et part régulièrement en camping en moto avec son épouse, tractant le nouveau Pou à tester.

Dimensions réduites, appareil monoplace, aile haute à fente, aile basse de taille moindre, formule monoplan « sans queue à fente fractionnée en 2 surfaces placées en tandem et décalées en hauteur » : le 13 septembre 1934, l’existence du HM-14 (14ème prototype de Mignet) ou « Pou-du-ciel » est révélée !

Le moteur à 2 ou 4 temps est inspiré de celui d’une motocyclette. Le Pou-du-ciel connaîtra un engouement populaire fantastique entre les 2 guerres. Cependant, sa réputation faiblira vite : les constructeurs de l’engin, ayant acheté le matériel et les plans mais ne respectant pas toujours ces derniers, on dénombrera une quinzaine de morts pour la seule année 1935…

Pour en savoir plus : //fr.wikipedia.org/wiki/Pou-du-ciel

Avril 2011

DR 400
Le plus célèbre des avions d’aéroclub

Le DR-400 est un avion de tourisme monomoteur de la société Avions Pierre Robin, rachetée depuis par APEX.

Large cabine et verrière coulissante, il possède aussi une cambrure d’aile qui rend le pilotage plus facile. Apparu en 1972, le DR-400 a une puissance variable selon les modèles : les quadriplaces sont équipés de moteurs 180 ch (hp).

De structure en bois et toile, l’avion possède un dièdre reconnaissable entre tous sur son aile basse et un train tricycle. Encore très présent dans la plupart des aéroclubs français, cet avion jouit d’une bonne réputation tant pour l’école que pour les voyages. Il présente un bon compromis entre sécurité, vitesse, confort et prix de revient.

Pour en savoir plus :www.techno-science.net

Mars 2011

MS 317
Une silhouette caractéristique

Le MS. 317 est un avion a la silhouette reconnaissable entre tous : un des successeurs du Morane-H (avec lequel Roland-Garros avait traversé la méditerranée en 1913), il est l’un des nombreux bijoux conçus par la société Morane-Saulnier. La société – actuellement Daher-Socata – fête son centenaire en 2011.

 

En 1932, Morane-Saulnier construit des exemplaires de son MS.315 : monoplan à aile parasol destiné à l’entraînement. Dans les années 1960, la société équipe cet appareil d’un moteur radial de 220hp (164 kW), le Continental W-670K pour en faire un remorqueur de planeurs : le MS.317 est né !

Il sera produit à 40 exemplaires seulement. Les rares qui sont encore en circulation font la joie des passionnés : un vol lent et gracieux pour vers lequel le regard est indéniablement attiré.

Pour en savoir plus : www.stdizieraeroretro.com

Février 2011

Super Etendard
la saga de l’Etendard modernisé

Le Super-Etendard est un avion d’attaque et de chasse français construit par Dassault. Successeur de l’Etendard IV, il était destiné à être embarqué à bord de porte-avions. Il fut produit à 74 exemplaires et sert dans la Marine nationale française, au sein des armées argentine et irakienne.

La version initiale du Super-Etendard est parfois désignée de façon abrégée SUE pour SUper-Etendard ; tandis que la version modernisée apparue à la fin des années 1980 est désignée SEM pour Super-Etendard Modernisé. Il sert ou a servi sur de nombreux théâtre d’opérations lors de conflits internationaux et comprend un système d’armes revu et modernisé.

Le Super-Etendard est visible dans la bande dessinée Buck Danny : Mystère en Antarctique (2005) et est aussi l’avion vedette de Missions Kimono (2001-2009) et L’énigme W (1986).

Pour en savoir plus : www.dassault-aviation.com
Télécharger en fond d’écran : www.aviation-francaise.com

Janvier 2011

Cap 10
Avion école de voltige par excellence

Avion de voltige aérienne, le Cap 10 (construit par Apex Aviation) est un biplace côte à côte qui a pris son envol dans les années 1970.Largement répandu dans le monde, il est utilisé dans de nombreux aéroclubs, par l’Armée de l’Air et la Marine nationale française. Ces derniers l’emploient à la formation initiale de leurs pilotes.

Baptisé Cap 10 pour  » Constructions Aéronautiques Parisiennes  » dont la société ne portera jamais le nom, puisqu’elle prend l’appellation  » Avions Mudry et Companie  » alors que débute la production du Cap 10.

282 exemplaires ont été produits depuis 1970 : avion entièrement en bois, ses ailes sont recouvertes de contreplaqué et il est équipé d’un moteur Lycoming 4 cylindres. Le Cap 10 est un avion de voltige e Cap 10 est adapté au vol dos et peut subir des variations allant de +6g à -4,5g.

Pour en savoir plus : www.avionslegendaires.net
Télécharger en fond d’écran : www.photos-linternaute.com

  • Calendar

    Août 2014
    LMMJVSD
    28 29 30 31 1 2 3
    4 5 6 7 8 9 10
    11 12 13 14 15 16 17
    18 19 20 21 22 23 24
    25 26 27 28 29 30 31
  • Events

    • Aucun événement à venir

logo_iasa90x90

iasa

Institut pour l’amélioration de la sécurité aérienne

logo_news90x90

logo_news90x90

Recevez les news de l’Aéro-Club de France